L’étendue des méfaits: l’historique des publications…

illu_archives
  1. 2014
  2. 2013
  3. 2012
  4. 2011
  5. 2010

  1. Janvier
  2. Février
  3. Mars
  4. Avril
  5. Mai
  6. Juin
  7. Juillet
  8. Août
  9. Septembre
  10. Octobre
  11. Novembre
  12. Décembre

La Saga animalière de la Mode: chapitre 2 – « La Reine des Abeilles, une poigne de fer dans un gant de vison »

illu_annawintour

La reine des abeilles dans le monde animalier:

C’est la « mère » de la ruche, elle est reconnaissable à sa taille plus longue que celle des ouvrières. Elle sécrète de nombreuses phéromones dont l’influence s’avère extrêmement importante pour l’organisation de la colonie. Sa simple présence maintient la cohésion et la stabilité de la colonie. Sa couleur est souvent différente de celle des abeilles avec souvent des reflets chauds ou bronzés, elle a une démarche très lente et ne se déplace qu’entourée d’une cour qui l’escorte, la lèche et prend grand soin d’elle.

La reine des abeilles dans le monde de la mode:

Dans une ruche qui fourmille de rédactrices de mode montées constamment – sauf exceptions (il y a des vilains petits canards partout, qu’on se le dise!)- sur du 12 et pianotant presque à la vitesse de la lumière sur leur Blackberry, la Reine des abeilles, dite la Anna Wintourius, ne fait guère exception à la règle si ce n’est qu’en Altesse incontestée du royaume modesque, elle a troqué ses Louboutin pour un stock de confortables sandales nude de chez Manolo Blahnik.

Aisément reconnaissable à sa coupe de poils évoquant une couronne et dont les reflets, savamment travaillés par un coloriste hautement renommé, illuminent le pelage, ainsi qu’à ses lunettes noires XXLChanelvissées littéralement sur le nez, la Reine éprouve une profonde aversion envers la couleur du deuil et c’est donc, tout naturellement, qu’elle voit la vie en couleur et que sa garde-robe reflète cette philosophie de vie.

Contrairement à ses suiveuses au crâne partiellement tondu, à la houpette triomphante, au carré lissé british + lunettes en demi lunes, à l’allure rock (qui coûte un rein!), à la sophistication parisienne, à l’excentricité italienne ou au style subjectivement en berne, qui enchaînent les clopesvoire les cigarescomme elles enchaînent les défilés, la Reine Wintourius est un spécimen qui aime prendre soin de sa petite personne: couchée tous les jours à 22 heures, levée à l’aube, la journée ne commence qu’une fois qu’elle a pu libérer le tigre qui sommeillait en elleplanqué au plus profond de cet être rachitiqueen effectuant son tennis matinal puis en se laissant dorloter par les mains expertes de ses dévoués sujets, coiffeurs et maquilleurs attitréset payés par les frais de la princesse, une certaine Dame Condé Nast

Si cette frêle chose sous-alimentée à la moue singulière dépeuple la planète de la plupart des espèces animales velues pour se les mettre dans le cou, sur les épaules ou sur le dos, c’est parce qu’elle n’est morphologiquement pas adaptée à supporter le climat variable du quartier new-yorkais huppé au sein duquel elle réside. Ainsi, c’est avec l’équivalent d’une ferme d’élevage de chinchillas ou de renards que cette modeuse aguerrie gronde et terrasse le monde de la mode.

D’une patte de fer dans un gant en visongriffé -, cet être mondain, hautement craintet soupçonné de bon nombre de suicides au sein de la ruche (dont le cœur s’arrête de battre à chaque battement de cils minutieusement maquillés) -, détient la toute puissance sur le monde de la Mode – un croisement évident entre Dallas et Gossip Girl -, mettant tantôt un créateur émergent en évidence, rangeant un fossile fini dans un placard à balaislà où ses créations ne lui feront plus mal aux yeux -, distribuant les bons points et les déclarations incendiaires sans aucune retenue, donnant très clairement son avis sur tout ce qui DOIT et lui est, donc, montré lors de présentations particulières, …

C’est bien simple, les autres abeilles peuvent diriger de prestigieux magazines, avoir une dégaine à être mannequinou pas du tout! -, posséder une image forte et penser qu’elles ont de l’influence, une seule parmi l’essaim peutet l’a déjà fait! -, à sa guise, selon son propre emploi du temps, modifier le calendrier de la semaine de la Mode: la Reine. Du coup, toutes se prosternent de leurs jambes kilométriques recouvertes de plumetis devant sa toute puissance, craignant son courroux et tentant de ne pas croiser son regard lors des différentes Fashion weeks au cours desquelles elles sont amenées à se croiser.


Payer résine sur l’ongle? Les 4 aspects que vous devriez prendre en considération avant de vous faire poser ces choses…

illu_moutoncollet

Un peu comme dans Astérix et Obélix dont le village, entouré de pilotis, est le seul à résister à la toute puissance romaine, des fois, en marchant dans mon village, je me dis que ce dernier doit être le seul à résisterà (heureusement) quelques exceptions prèsà la toute puissance du bon goût!

Vous pensiez  avoir touché le fond quand dans de précédents articles (ici et ici), j’avais esquissé un portrait pas vraiment éloigné de la réalité des autochtones qui peuplent les environs? Eh bien, signez-vous directement, brandissez votre crucifix ou partez dare-dare à tous clics de souris car, OUI, il y a bien pire et cette monstruosité visuelle qui fait encore plus de ravages que la Lèpre et le Choléra en leur temps et qui hérisse les quelques poils qui ornent ma silhouette ne semble pas en rémission: les prothèses ongulaires (dites « faux ongles »)!

Oui, parce que si Sainte Roitfeld lâche des citations comme « Les ongles sont le nouvel accessoire de cet hiver 2010« , apparemment, le décodeur modesque fourni dans la région ne semble pas être très bien paramètré dans la mesure où, manifestement, ici, l’information s’est transformée en « Colle-toi de la résine taille XXL et tu seras une modeuse à l’influence XXXL« .

Si Karl Lagerfeld, à coups de – nombreusesbagues et Daphne Guinness, à grand renfort de pierres précieuses, d’armure et de cailloux coûtant un os, peuvent se vanter de pouvoir transformer leurs mains en bijoux hors de prix, porter des palettes au bout de chaque doigt ne les rendra jamais plus beau, qu’on se le dise. Ainsi, pour éviter à celles qui auraientDieu du ciel, je n’arrive pas à l’écrire! – songé à se faire poser ces choses, je vais tâcher de les en dissuader en évoquant les 4 aspects à prendre en considération avant de sombrer dans cette démence collective

1) L’aspect visuel: Flanquée de ces bouts de résine au bout de chaque doigt, vous arpentez les rues de votre bourgade avec désinvolture quand, soudain, au détour d’une allée, vous vous rendez compte que des adolescents aux hormones en ébullition vous dévisagent avec insistance. Pleine d’entrain, de confiance et persuadée qu’ils vous prennent pour la sublime Anja Rubikfallait pas que votre collègue vous le dise un jour, depuis, vous y croyez dur comme fer! -, vous vous dirigez vers eux et après une brève conversation vous vous apercevez qu’ils vous prenaient pour Shauna Sand à cause de vos manucures similaires. Illico presto, vous googlelisez cette bonne femme et dans le quart de seconde qui suit, vous vous arrachez à coup de dents ces choses qui vous rapprochent plus d’une pornstar que d’une fille bience que vous êtes, cela va sans dire.

2) L’aspect pratique: Après avoir passé une journée harassante au bureau, à tentervainementde pianoter successivement sur le clavier de votre iMac et sur celui de votre Blackberry avec 10 bons centimètres de fake au bout des doigts, c’est au bord du suicide que vous rentrez chez vous où vous retrouvez avec plaisir et excitation votre Jules du moment, toujours partant pour une partie de galipettes. Sauf que voilà, après avoir terminé la soirée aux urgences parce qu’au cours de vos ébats vous lui aviez transpercé l’épiderme dorsal avec vos ongles ET qu’il n’ait manqué de se vider de tout son sang quand, pleine de bonne volonté, vous avez entrepris de lui masser les cervicales – dites merci à la carotide –, sans hésitation, vous avez programmé une intervention chirurgicale pour retirer ces implants plus dangereux qu’élégants.


LilY, la femme qui a engendré l’homme derrière les mots – et l’iMac -, trois mois après…

illu_liliane

Derrière tout homme, quel qu’il soit, vous pouvez regarder, scruter, analyser, décrypter le moindre fait, il y a une femme impliquée, sagement planquée et attendant fébrilement que son poulain parvienne à accomplir quelque chose de gratifiant – voire quelque chose tout court!

David Beckham a eu droit à la baguette magique – probablement griffée, sous peine de quoi, intouchable – de Victoria, Tiger Woods n’aura jamais autant intéressé les gens au golf que depuis qu’une écurie complète – classée (à juste titre) X – de nymphettes ne soit passée par sa braguette, et enfin, qui se soucierait de Jésus Luz si une certaine Madonna n’en avait pas fait – à grand renfort de Couguar attitude - son jouet monté sur Duracell?

Plus innocemment, derrière ce blog, se cache, maternellement, Lily, une sexagénaire lunatique au caractère bien trempé et aux convictions stylistiquement extrémistes (dois-je vous rappeler certaines de ces déclarations?), qui, certes, n’a pas porté l’auteur en son sein pendant les conventionnels 9 mois mais qui l’aura tout de même attendu pendant plus de mois que nous en comptons dans une même année.

La récente publication du blog au sein d’un article de haute qualité, particulièrement bien écrit ainsi que les trois mois d’existence du site, c’est un peu sa récompense à elle aussi et c’est donc, tout naturellement que je voulais partager l’euphorie de l’instant en sa compagnie.

Sans elle, pas d’iMactaille mammouth – (depuis, plus vraiment) flambant neuf sur lequel écrire mes élucubrations cyniques et névrosées, pas de Lumix GF1 avec lequel prendre les quelques photos éparpillées en ces pages, pas de graphiste, pas de nom de domaine, … Bref, que dalle quoi!!!

Pour me permettre de me faire plaisir – et de vous divertir? – en publiant mes billets, pour m’avoir encouragé et donné les moyens de m’investir dans ce projet et pour ses avis tranchés sur les prévisualisations auxquelles elle a droit, …

Je lui dis merci

En conclusion, « No Lily, no party! »et pas de blog non plus!

P.S.: non mais vous imaginez que, sans elle, nous ne nous serions jamais rencontrés, il y a 3 mois: HORREUR/MALHEUR?

P.S’.: la rédaction – qui vire horriblement midinette ces derniers temps – tient à vous présenter ses plus humbles excuses pour le ton larmoyant et le sentimentalisme écoeurant de ce post, néanmoins, comme derrière chaque iMac, il y a un être humain qui vit, celui qui vous écrit actuellement, tenait vivement à partager cela avec vous… (puis, je me rattraperai au prochain article, TRIPLEMENT plus corrosif, PROMIS!)

———————————————————-

Légende: Boucles d’oreille en crystal: CHLOÉ (ses préférées et celles qu’elle porte le plus souvent!)/Chemisier imprimé léopard à épaules structurées: GRÉGORY DE VOS/Jupe à plis en cuir marron: GRÉGORY DE VOS/Pochette PS1 en python: PROENZA SCHOULER/ « Mavela » 14 cm (ou 15, je mène l’enquête!): CHRISTIAN LOUBOUTIN


Lanvin/H&M: à vos marques, prêts, achetez!

illu_lanvin

J’aime Lanvin, fait numéro 1.

J’aime H&M, fait numéro 2.

Alors, rien d’étonnant à ce que j’aieune nouvelle foisfrôlé l’infarctus du myocarde lorsqu’il y a quelques mois, le Géant suédois nous a assailli de teasers énigmatiques au sujet du prochain créateur qui allait collaborer avec l’enseigne mondialement reconnue par la quasi totalité du globe terrestre – tenez, je suis certain que même en Papouasie, ils n’y ont pas échappé et se sont également demandés qui allait succéder à Sonia Rykiel pour cette saison! pour finalement, après un suspense insoutenable – digne des thrillers les plus aboutis -, lâcher le morceau, comme si de rien n’était: Lanvin serait l’appât de l’hiver 2010.

Modeuses, modeux, à vos marques, prêts, salivez et préparez-vous à acheter!

Inutile de vous dire que depuis ce moment, grâce à un marketing habilement rôdé à l’instar d’une machine de guerre à laquelle rien ne résiste, toutes et tous avons traqué jour et nuit les vidéos et visuels qui étaient exhibés avec perfidie ici et là sur la toile.

Jamais le lancement d’une collection capsule pour H&M n’avait fait couler autant d’encreni n’avait provoqué autant de crampes aux doigts des blogueurs, ces derniers dactylographiant la moindre nouvelle information à une vitesse prompte à provoquer des spasmes musculaires aigus –, tout le monde y allant gaiement de son commentaire quant à ce que cela allait donner: choix judicieux pour les uns, suicide pour la luxueuse maison française pour les autres, tapage médiatique inutile pour certains, bénédiction démocratique pour d’autres …

Mais personne n’avait vu quoi que ce soit jusqu’à ce mardi 02 novembre 2010.

Dès l’aube, textos, tweets, statuts Facebook, courriels, tout le monde ne parlait que de ça!

Demeurait le souci du rendu concret des somptueuses choses présentées dans la vidéo ultra glamour, sophistiquée et stylisée bombardée sur le net.

L’attente hystérique en valait-elle la peine? Allions-nous tous devoir aller planquer nos cartes de crédit dans un coin du jardin pour ne pas céder à la tentation et être délivré de ce mal bien connu qu’est le shopping? Albert Elbaz avait-il vendu l’âme de l’élégante griffe parisienne pour une – grosse – liasse de biffetons?

Un suspense insoutenable qui n’était censé prendre fin que le 23 novembre 2010, date de commercialisation officielle de la collection.

Sauf que voilà, Monsieur de Vos a eu l’immense chance de pouvoir accéderaprès 3 volées d’escaliers vertigineuses, proches de l’ascension de l’Everest! à l’ensemble de la collection présentée entre deuxvoire six ou dix? (on ne comptait plus à la fin!) coupes de champagne (et en ayant esquivé bon nombre de mets à dégusterc’est vrai quoi, depuis quand mange-t-on dans la mode?), en exclusivité, dans le showroom bruxellois de l’enseigne suédoise.

Inutile de préciser que je glapissais comme un enfant dans un magasin de jouets, réprimant cris et envie de me barrer avec certaines pièces de la collection hommeje vous rappelle le nombre non négligeable de marches d’escalier à se refarcir!


La citation du jour: Carine Roitfeld

QUOTECARINE

* « Nous devons nous battre pour conserver cette attitude politiquement incorrecte qu’a le Vogue français mais cela devient de plus en plus difficile d’être capable de le faire. On ne peut pas fumer, on ne peut pas montrer d’armes, on ne peut pas montrer de jeunes filles parce que tout le monde est, de nos jours, très anxieux à l’idée d’avoir des problèmes avec la loi. Tout ce que nous faisons maintenant, c’est comme marcher en hauts talons sur de la glace mais nous continuons d’essayer de le faire (quand même). »