Là où certains élaborent de rigoureuses théories mathématiciennes ultra compliquées à coups d’E= MC², de théorèmes pernicieux, de démonstrations vicieuses, de fonctions exponentiellescauchemardesquesavec toutes sortes d’exposants, de racines ou d’autres supplices du même calibrequi sont, la plupart du temps, responsables de bon nombre de suicides dans le milieu estudiantin qui, de vous à moi, globalement, n’y comprend rien du tout (mais le vit très bien)! –, l’auteur, lui, se plaît régulièrement à imaginer des théories fantasques sur tout un tas de choses auxquelles il est confronté, …

Me doutant pertinemment bien que mon lectorat serait autant inspiré par une réflexion sur la fête de la choucroute et du litron de bière que je ne le suis par les Crocs ou les prothèses ongulaires, je me suis dit qu’en regard de nos centres d’intérêt communs, évoquer une tendance godassière qui est revenue cet hiver à triple pointe ne pourrait qu’en être plus divertissant

Oui, car, voyez-vous, vous l’aurez remarqué depuis maintenant près de – bientôt – 4 mois, ici, on pourrait dire que la rédaction voue un cultenon fétichiste! Que cela soit clair!aux chaussures, du coup, c’est interpellé par une photographie de la Reine des Abeilles, butinant SANS ses clapettes nudeà orteil fugueurgriffées Manolo Blahnik MAIS avec des escarpins à bout pointu, que je me suis questionné sur leur perception et leur stigmatisation systématique de la part de bon nombre de modeuses et de modeux.

S’ils sont intolérables en bottes ou en toutes autres formes de groles (ballerines, ….), selon moi, ces morceaux de cuir, de python, de poney ou de peau de quoi que ce soit, présentés en escarpins pointus, incarnent un basique incontestable: il y en a toujours eu et il y en aura toujours dans 150 ans, qu’on se le dise!

Sauf que voilà, vus maintes et maintes fois sur des palmes pédestres XXL, complétant l’attirail de la parfaite cagole en mode modeuse mode, aux pointes dignes des poulaines du Moyen Âge, confectionnés dans un tissu douteuxplus prompt à être vendu dans un bac de liquidation que chez Bergdorf Goodman -, nos yeux semblent avoir assimilé ces chaussuresanatomiquement inadaptées, je vous l’accordeà celles de roulures cheap & NOT chic

Pourtant, planquée au fond de votre lit, ou piétinant actuellementla thermos dans la main, la clope dans l’autre et le BlackBerry vissé dans ce qui reste de libre de la paume de votre main nicotiniquedans l’une des nombreuses files qui sont en passe de se créer aux alentours des H&M voisins (merci Lanvin!), une chose est sûre, vous n’échapperez pas à ce come-back! La question donc à se poser, en dépit de vos multiples – j’en suis persuadé – réticences, c’est de s’en sortir avec le moins de casse possible et le plus de classe

Par conséquent, il vous est vivement conseillé de prendre connaissance des éléments suivants avant d’acquérir cette immonde paire BLANCHE qui vous donne l’impression de chausser un 45 fillette.

1) La pointe: C’est le grand manitou de ce genre de godasses, c’est avec elle qu’il faut se battre avec fougue car c’est elle qui est responsable de tout et qui peuttrès facilementvous faire sombrerplus vite que le Titanic! – du côté ringard de la Force. Un peu comme pour un entretien d’embauche, foncez droit au b(o)ut en ayant préparé le terrain car la ligne de l’élégance est proportionnelle à l’angle formé par la pointe de vos nouvelles acquisitions! Fuyez à toutes jambesinterminablesles bouts obus trop menaçantsvous ne voudriez pas que votre Jules ne se barre en courant après avoir eu l’impression que vous alliez le torpiller avec vos Prada alors que vous leviez simplement la patte pour les lui montrer?et privilégiez les pointes douces et légèrement arrondies: il en va de la sécurité nationale!

2) Le talon: Autant on peut pinailler sur le fait de porter des talons hauts au quotidien, autant là, ces derniers sont CRUCIAUX, sous peine d’avoir l’air d’avoir braqué le clown du cirque de passage! Plus le talon sera haut, plus la surface de contact entre vos orteils et le sol se verra diminuée. Ainsi, vous n’aurez pas l’air d’avoir chouré vos Stella McCartney dans l’armoire de votre pote Julio, un travelot notoire chaussant du 45. Je vous aurais bien fait un schéma annoté pour vous expliquer que plus le talon est haut et plus la pointe de l’escarpin perd en importancebon, plus ils sont hauts et plus vous marchez sur la pointe des orteils et aurez envie de vous scier le pied, … Que ce soit clair, la mode n’est PAS faite pour être confortable (posez la question à Dita Von Teese!)! – mais je ne me suis psychologiquement toujours par remis de mes cours antérieurs de mathématiques.

3) Le décolleté: Parce qu’il n’y a pas que vos jumelles qui y ont droit, fermement cramponnés à la cambrure de vos Pigalle de 12, vos orteils jouent aussi à cache-cache avec la pudeur etdans la mesure où aucun n’arrive à vous faire un remake de Prison Break entre deux petites fouléesc’est le détail chic et désinvolte qui fera toute la différence. L’abstinence et la pudibonderie, ce n’est pas là qu’il faut les envisager… Tenez, je suis persuadé qu’à l’heure actuelle, Jésus aurait dit: « Lève-toi et marche… dans tes Louboutin! »

4) La texture: Que vos escarpins soient en peau de reptile, en poney, en daim, en velours ou recouverts de celle de votre ex mari… peu importe, pour autant qu’ils soient d’excellente qualité! Du coup, avant de foncer le portefeuille grand ouvert en direction de cette enseigne qui propose des chaussures à 35 €, pensez bien au long terme et au patinage de l’objet. Une pointe boursouflée = vous méritez le bûcher!

Parfaitement conscient que peu doivent partager mon aviset craignant le zéro pointé -, je vous laisse sur ces bonnes paroles, en vous invitant tout de même à me communiquer vos avis toujours - très POINTUS!

Très cordialement,

Monsieur de Vos (pour lequel les Pigalle incarnent LA paire intemporelle la plus élégamment féroce!)

———————————————————-

Légende: Escarpins Pigalle 12 cm en strass: CHRISTIAN LOUBOUTIN/Collier en perles: CHANEL/Robe: GRÉGORY DE VOS


( NON, je n’étais pas encore mort, disons que j’ai du mal à gérer mon temps, nuance… D’ailleurs, vous le sauriez si vous me suiviez sur FACEBOOK ou sur TWITTER ;)