• « Vous devriez essayer celles-ci, elles sont vraiment chouettes, ce sont des Paul Smith »
  • « Mouais, j’suis pas convaincu… »
  • « Mais SIIIIIIIIIII, c’est ce qui se fait de mieux, cette monture est superbe »
  • « Vous n’avez rien d’autre? » (parce que là, j’ai l’air d’une taupe!)

Manifestement contrariée

  • « J’ai bien cette monture-ci, c’est une  » Tom Ford », … Ce nom vous dit quelque chose? »
  • « Oui, oui, je connais » (B*****, mais je rêve ou quoi? Aurait-elle aussi demandé aux Apôtres s’ils connaissaient Jésus?)
  • « D’ailleurs, vous savez, ce sont les montures [OVERSAÏZZZZZZ] qui sont à la mode »
  • (Sans blague? Mesdames et Messieurs, flash spécial, les montures XXL sont à la mode!) « Oui, oui, je sais, … Tiens, passez-moi un peu les « Ray-ban« , j’aimerais voir ce qu’elles donnent sur moi »

D’un geste de dégoût similaire à celui qu’elle aurait probablement effectué pour ramasser les déglutitions d’un enfant victime d’une gastro-entérite, elle prit la dite monture et me la présenta du bout des doigts, incapable de masquer sa répugnance à l’idée que je puisse acheter « ça »…

  • « Tenez, mais vous savez, on les voit tellement que c’est pour ça qu’elles sont placées si bas dans l’étalage, …. »

(Mais qu’est-ce que je fous ici? Ai-je vraiment besoin de voir clair? … Tire-toi avant qu’elle n’ouvre encore la bouche!!!)

Ce genre de propos, c’est ceux auxquels j’ai eu droit lorsque je suis allé choisir, il y a déjà un certain temps, ma nouvelle paire de lunettes.

Je ne sais dire exactement si j’attire ce genre de réflexions hautaines et cette attitude condescendante ou s’il s’agit du tarif habituel dans cette boutique liégeoise, toujours est-il que c’est en partie en raison de cette sorte d’échanges commerciaux que je me suis très vite tourné vers les achats sur la toile.

Étrangement, lorsque vous clamez adorer la mode – et non les modes – les gens s’imaginent que vous adorez faire les magasins, ce qui, en soi, pourrait être agréable mais qui, en pratique, ici, s’avère fréquemment frustrant, du moins pour moi.

La première difficulté réside dans le fait de trouver les boutiques qui vendent les articles que vous convoitez ardemment depuis que vous avez vu quelques silhouettes défiler sur l’un ou l’autre podium des fashion weeks et du coup, entre les grande lignes de distribution (H&M, Zara, …) qui n’auront pas ce que vous recherchez et celles qui se pensent supérieures (vous n’imaginez pas à quel point certaines boutiques peuvent être prétentieuses alors qu’en fait, elles vendent des articles qui datent d’il y a plusieurs saisons!), l’envie de passer la porte se réduit au fur et à mesure que vous avancez…

Ensuite, une fois que vous avez ôté de votre esprit l’envie de prendre vos jambes à votre cou et que vous avez pris votre courage à deux mains, demeure encore le souci du personnel, souvent là par dépit, d’une humeur massacrante, rechignant à aller vérifier si l’article souhaité ne se trouve qu’en XL ou s’il y a d’autres tailles disponibles… Ou alors, cas opposé, les vendeuses collantes qui tentent par tous les moyens de vous refourguer la dernière pièce entrée à coups de phrase comme « Laissez-moi vous présenter la dernière merveille que nous venons de rentrer, vous allez A-DO-RER » (si seulement c’était vrai…)

HEUREUSEMENT, ce n’est pas – encore? – comme cela partout! Ouf!

Bref, toutes ces déconvenues m’ont largement poussé à m’intéresser au shopping sur le Net, une industrie qui ne cesse de croître, et j’avoue que depuis ce moment-là, ma vie commerciale a basculé!

Oui, parce que ce qu’il y a de bien avec les achats en lignes c’est que:

1)     Contrairement aux idées reçues, si vous achetez sur des sites de confiance, c’est ultra sécurisé! Hors de question que des baltringues puissent avoir accès à vos données personnelles, on ne plaisante pas avec la sécurité car il en va de la réputation du site…

2)     Les délais de livraison sont souvent très courts! (Wouhouuu) Sur la plupart des sites livrant avec DHL ou UPS, en commandant avant 15h00, vous serez livrés le lendemain (prends ça dans tes dents, la Poste!) aux alentours de 12h…

3)     Vous pouvez vous offrir des articles qui ne sont pas disponibles dans votre village, commune, région voire même PAYS! Ce qui n’est pas négligeable quand, comme moi, vous habitez un trou perdu…

4)     Tout le monde y trouve son compte tant l’offre se diversifie: hommes, femmes, enfants, chiens, chats – veaux, vaches et cochons?

D’ailleurs, il y en a également pour toutes les bourses puisqu’au détour de quelques clics frénétiques, vous pouvez: a) craquer pour cette veste Balmain à 6000€ ou alors, … b) vous offrir cette ravissante chemise soldée… parce que …. (transition)

5)     Vous avez la possibilité de faire les soldes dans tous les pays de l’U.E. et cela, à des périodes différentes de celles de Belgique… C’est votre banquier qui va vous tomber dans les bras, je vous le dis!

6)     Vous pouvez très bien envoyer des cadeaux à vos proches – ou vous en faire à vous-même (parce OUI, vous avez bien mérité cette pochette Lanvin!)! Un moyen astucieux de couper l’herbe sous le pied des personnes trop curieuses qui mettent la maison sens dessus dessous afin de trouver leur cadeau de Noël ou autre présent dissimulé…

Elle n’est pas belle la vie … sur le NET?

Je vous quitte pour l’instant en vous invitant à rester vigilant(e)s quant au site sur lequel vous vous apprêtez à claquer un mois de salaire pour   »un authentique sac Chanel » – dîtes-vous bien que si cela paraît trop beau pour être vrai, c’est qu’il y a de fortes chances pour que cela soit le cas (Non, des « Louboutin » à 150€, cela n’existe pas sachant qu’un modèle très classique débute à 390€…)! – et à consultez mes E-SHOP préférés ainsi qu’à faire part aux autres lecteurs de vos bonnes adresses virtuelles

Très cordialement,

Monsieur de Vos

www.net-a-porter.com

www.thecorner.com

www.luisaviaroma.com

www.asos.com

www.oki-ni.com

www.farfetch.com

———————————————————-

Légende: Smartphone: BLACKBERRY 9000 BOLD/Coat: MIU MIU (fall 2010 rtw)/Leo printed tights: WOLFORD (49€)/ »Bianca » 140 patent pumps: CHRISTIAN LOUBOUTIN